Symptomes de l’appendicite

La fréquence de cette affection n’en fait pas pour autant une maladie simple sur le plan diagnostique et thérapeutique.

Tout d’abord les formes de présentations cliniques sont extrêmement variables d’un sujet à l’autre à commencer par la description de la douleur par les patients. En effet, le type de douleur, sa localisation précise, son intensité et son évolution dans le temps sont variables d’un patient à l’autre et parfois très éloignés du classique tableau clinique tel qu’il a été décrit dans les ouvrages de sémiologie.

Néanmoins, citons de principe la forme typiquement décrite :

il s’agit d’une douleur progressive, débutant dans l’épigastre (1) puis se localisant secondairement à la fosse iliaque droite (2). Des vomissements alimentaires puis bilieux et une fièvre (<38,5°C) sont parfois associés.quadrants de l'abdomen

Sur le plan des perturbations biologiques, le syndrome inflammatoire biologique (hyperleucocytose (augmentation des globules blancs) et augmentation de la protéine C-réactive) est inconstant et de sévérité variable. Enfin, il est très fréquemment noté une dissociation entre le tableau clinique (les symptômes décrits par les patients et les symptômes constatés par le chirurgien lors de son examen) et l’atteinte réelle de l’appendice.

Enfin, chez la femme dont les organes génitaux sont pelviens, il est parfois difficile de faire le diagnostic différentiel avec une pathologie gynécologique.

Le type de douleur(s) dépend de la sévérité de l’atteinte mais surtout de la localisation de l’appendice.

 

appendiciteClassiquement, on décrit 4 ou 5 types de localisation: le classique point de Mac Burney (1)(jonction tiers externe/tiers moyen d’une ligne tendue entre l’ombilic et l’épine iliaque antéro-supérieure), la localisation rétro-caecale (2)(dans 65 % des cas), la localisation pelvienne (3), la localisation para colique et la localisation méso-cœliaque (4): (vers la grande cavité péritonéale).

Chez la femme enceinte, la localisation dépend également du terme de la grossesse car le volume utérin refoule le caecum vers le haut et, à terme, l’appendice est sous hépatique.

Pour ce qui est des différents stades histopathologiques, l’évolution naturelle suit la séquence : l’appendicite catarrhale (simple congestion), l’appendicite suppurée ou pseudo phlegmoneuse (logettes) ; l’empyème appendiculaire (appendice distendu par une collection de pus), appendicite gangreneuse et, au stade ultime, l’appendicite perforée avec péritonite.