Tumeurs hépatiques

Les indications des hépatectomies sont dominées par l’éxerèse de lésions malignes (tumeurs primitives du foie ou métastases). L’exerèse de lésions bénignes est plus rare, elle est indiquée en cas de lésion symptomatique ou à haut risque de dégénéresence.

TUMEURS MALIGNES DU FOIE:

Les métastases hépatiques représentent l’indication la plus fréquente. La tumeur primitive responsable des métastases les plus fréquemment opérées est le cancer colorectal. Il s’agit de la meilleure indication de résection de métastase hépatique. La survie à 5 ans varie de 40 à 50%.

Les autres tumeurs primitives responsables de métastases hépatiques pouvant être opérées avec de bons résultats sont :

  • les tumeurs du sein
  • les tumeurs du rein
  • les tumeurs endocrines du tube digestif et du pancréas

Les tumeurs primitives du foie survenant sur un foie sain sont plus rares. Il s’agit de l’hépatocarcinome, du cholangiocarcinome ou de tumeur plus rare comme le sarcome.

Les tumeurs primitives du foie survenant sur un foie cirrhotique sont fréquentes, il s’agit d’hépatocarcinome. Sur un foie cirrhotique il n’est possible de faire que de petites résections car la cirrhose est responsable d’une insuffisance hépatique. Une résection importante peut entraîner une majoration de l’insuffisance hépatique sur un foie de cirrhose et conduire au décès du patient. Dans ce dernier cas il faut alors faire un greffe de foie qui permet de traiter la tumeur et la cirrhose.

TUMEURS BENIGNES DU FOIE:

L’adénome hépatique est une tumeur bénigne fréquente qui doit être enlevée lorsque sa taille dépasse 5cm. Les risques évolutifs de l’adénome sont la cancérisation et l’hémorragie qui peut entre une urgence chirurgicale.

L’hyperplasie nodulaire focale est une tumeur bénigne qui ne se complique pas et donc qui ne s’opère pas. Dans de très rares cas une hyperplasie nodulaire focale peut entraîner des douleurs ou des signes de compression si elle est volumineuse (supérieure à 10cm). On peut alors discuter une hépatectomie à condition que celle ci ne soit pas trop importante et ne comporte pas un risque élevé de complications car l’histoire naturelle de cette tumeur est le plus souvent favorable pour le patient.

L’angiome hépatique est une tumeur bénigne très fréquente qui ne se cancérise jamais. Elle ne comporte aucun risque lorsqu’elle est inférieure à 5cm. Les angiomes supérieurs à 10cm de diamètre peuvent entraîner des douleurs de la fièvre et une compression des organes de voisinage. Les ruptures sont exceptionnelles. L’indication opératoire doit être posée avec prudence

Le kyste biliaire est une tumeur également très fréquente, remplie de liquide et délimitée par u ne paroi. Il peut être unique ou multiple. Sa taille est très variable de 1 à 20cm. L’indication opératoire est posée devant un gros kyste symptomatique (douleurs) ou en cas d’hémorragie. L’intervention consiste à vider le kyste et à réséquer la partie visible de sa paroi.