Cancer du colon gauche en occlusion

Introduction : La prise en charge chirurgicale en cas d’occlusion par cancer du colon gauche reste débattue. Plusieurs stratégies thérapeutiques sont à la disposition du chirurgien : colostomie première, stent colique, intervention de Hartmann, colectomie sub-totale avec anastomose en un temps, colectomie gauche avec anastomose colorectale et lavage per-opératoire.

But de l’étude: évaluer la faisabilité et l’efficacité d’une colostomie de proche amont (CP) suivi d’une résection carcinologique programmée pour la prise en charge d’un cancer du colon gauche en occlusion (CGO)

Méthodes: tous les CGO traités entre 2000 et 2011 ont été rétrospectivement inclus. Les données cliniques, opératoires et la survie étaient évaluées

Résultats: 83 patients (48 hommes) âgés en moyenne de 70,3 ans ont été opérés. La localisation du CCR était sigmoïdienne pour 36 patients (41%). 61 patients (73%) ont eu une CP. Les autres procédures étaient: colectomie subtotale pour souffrance caecale (n=8), et Hartmann pour perforation tumorale (n=6) ou palliatif (n=5). La CP était sigmoïdienne (n=37) ou transverse (n=24). Aucune réintervention n’a été nécessaire. Deux patients sont décédés de complication médicale. Une coloscopie a trouvé un cancer synchrone chez 2 patients. 12 patients avaient des métastases dont 6 ont eu une chimiothérapie néoadjuvante avant la colectomie. 45(74%) ont eu la colectomie carcinologique au cours de la même hospitalisation après un délai médian de 11 jours (7-17) associée pour 3 cas à une hépatectomie. Sur les 51 résections électives, 3(6%) se sont compliquées (Dindo 3-4). 8 patients non pas eu de résection pour progression métastatique sous chimiothérapie (n=6) ou perte de vue (n=2). Le nombre moyen de ganglion retrouvé était plus important dans le groupe CP que dans le groupe Hartmann (29,4 vs 22,6) (p<0,01). Le délai médian de rétablissement des Hartmann non palliatifs était de 8 mois. L’hospitalisation pour les deux interventions était plus courte en cas de CP (20,9 vs 27, p=0,029). La survie médiane des patients ayant eu une CP était de 26 mois avec 39% de vivants à 5 ans

Conclusion : La CP suivie de l’exérèse tumorale est le traitement de choix des CGO sans perforation. Elle permet de faire un bilan précis des lésions grâce à la laparotomie médiane et de modifier éventuellement le geste en cas de souffrance caecale ou de perforation tumorale. Elle est techniquement simple, réalisable dans 73% cas, peu morbide avec une résection curative sans stomie dans plus de 80% des cas et de bons résultats carcinologiques.