Principes d’une hépatectomie

Avant de réaliser une hépatectomie, surtout pour tumeur ,le chirurgien a besoin de certains examens.
Biologiquement il vous demandera une numération formule sanguine, un dosage des enzymes hépatiques, de la bilirubine et un taux de Prothrombine pour explorer votre coagulation.

En cas de tumeur maligne il demandera également un dosage de l’alphafoetoproteine, de l’ACE et du CA 19-9.

Les examens radiologiques demandés sont un scanner thoracoabdominal souvent associé à une IRM.

Enfin une consultation avec votre anesthésiste est indispensable.

Conduite générale des hépatectomies

L’hépatectomie se déroule toujours sous anesthésie générale. Vous etes allongé à plat sur la table d’opération, les bras en croix. Une sonde urinaire est mise en place pour surveiller votre diurèse. Une perfusion est placée dans une grosse veine du cou appelé veine jugulaire.

L’incision est une sous costale droite éventuellement élargie à gauche. Le tracé de l’incision suit le rebord des cotes. Il est possible de faire des hépatectomies sous cœlioscopie à condition qu’elle soit facile pour ne pas faire courir de risques au patient (lobectomie gauche ou tumorectomie)

Une fois la cavité abdominale ouverte il faut commencer par faire une échographie du foie en peropératoire afin de déceler une tumeur méconnue par les examens préopératoires.

Le foie est ensuite libéré de toutes ses attaches ligamentaires afin de le mobiliser. Le foie est un organe très vascularisé et sa texture est très fragile. Lorsque l’on coupe le foie il saigne beaucoup. Les hémorragies sont les complications les plus fréquentes et les plus grave des hépatectomies. Pour diminuer le saignement il faut appliquer un clamp sur le pédicule hépatique pour écraser la veine porte et l’artère hépatique et stopper le flux sanguin arrivant au foie. Le foie peut être clampé pendant 1 heure sans entraîner de dommage.

Le tracé de section suit des scissures anatomiques afin de réaliser une hépatectomie réglée. Il existe plusieurs types d’appareil permettant de sectionner le foie mais les canaux biliaires et les vaisseaux doivent être liés de manière sélective.

Après le déclampage il faut souvent faire des hémostases complémentaires sur la tranche de section qui doit être complètement sèche enfin d’intervention. Une radiographie des voies biliaires est faite en fin d’intervention afin de s’assurer de l’intégrité de l’arbre biliaire du foie restant. Un drain peut être également mis en place contre la tranche de section mais cela n’est pas systématique.
La paroi est refermée plan par plan et le malade conduit endormi en salle de réveil.