Incontinence anale – Intervention de Malone

L’incontinence anale entraîne un handicap majeur social, affectif, sexuel et psychologique majeur. De nombreux traitements médicaux ou chirurgicaux ont été proposés. Les traitements médicaux comprennent les ralentisseurs du transit et le Biofeedback. La chirurgie peut impliquer des réparations sphinctériennes, la neurostimulation sacrée, les transpositions musculaires (muscle Gracilis) et les sphincters artificiels. En cas d’échec de ces procédures, l’ultime recours est la colostomie définitive.

En 1980, Mitrofanoff [3] décrit une procédure permettant d’obtenir une propreté et une continence urinaire pour les enfants ayant une vessie neurologique. Il utilisait l’appendice pour réaliser une cystostomie continente et fermait le col vésical permettant ainsi d’obtenir une continence urinaire. Les premiers résultats étaient assez satisfaisants.

Malone en 1990 [4] utilisa ce principe de cathéter continent associé à une vidange colique et à des lavements antérogrades afin d’obtenir une continence fécale. Destiné tout d’abord aux enfants en association à des procédures assurant la continence urinaire [5,6], le Malone a ensuite été développé chez l’adulte [7]. Pour les patients ayant déjà eu une appendicectomie ou ayant un appendice inutilisable, des alternatives chirurgicales ont été décrites utilisant un caecum tubulisé [8] ou l’iléon [9,10].

 

Tous les patients reçoivent une préparation colique la veille de l’intervention et une antibioprophylaxie per-opératoire. Une laparotomie sous médiane est réalisée.

Chez les patients pourvus d’un appendice, la technique classique de Malone est effectuée. La pointe appendiculaire est extériorisée au niveau de la fosse iliaque droite et la stomie ouverte.

Chez les patients sans appendice ou avec un appendice inutilisable (calibre trop petit, appendice trop court), la stomie était confectionnée avec l’iléon terminal (partie teminale de l’intestin grêle). La continuité digestive est assurée par une anastomose iléo-colique termino-latérale.

Un cathéter de 14 Fr est inséré dans la stomie et laissé en place pour 3 semaines après l’opération. Les premiers lavements sont débutés par le cathéter au quinzième jour post-opératoire avec 500-1000 mL d’eau du robinet.

malone pour incontinence anale

REFERENCES

  1. Nelson R, Norton N, Cautley E, Furner S. Community based prevalence of anal incontinence. JAMA 1995; 274: 559-561.
  2. Roberts RO, Jacobsen SJ, Reilly WT, Pemberton JH, Lieber MM, Talley NJ. Prevalence of combined faecal and urinary incontinence: a community-based study. J Am Geriatr Soc 1999; 47: 837-41.
  3. Mitrofanoff P. Trans-appendicular continent cystostomy in the management of the neurogenic bladder. Chir Pediatr. 1980; 21(4):297-305.
  4. Malone PS, Ransley PG, Kiely EM. Preliminary report: the anterograde continence enema. Lancet 1990; 336: 1217-1218.
  5. Squire R, Kiely EM, Carr B, Ramsley PG, Duffy PG. The clinical application of the Malone antegrade colonic enema. J Pediatri Surg 1993; 28: 1012-1015.
  6. Robert JP, Moon S, Malone PS. Treatment of the neuropathic urinary and faecal incontinence with synchronous bladder reconstruction and the antegrade continence enema procedure. Br J Urol 1995; 75: 386-7
  7. Gerharz EW, Vik V, Webb G, Leaver R, Shah PJ, Woodhouse CR. The value of the MACE (Malone anterograde colonic enema) procedures in adult patients. J Am Coll Surg ; 1997 ; 185(6) ; 544 – 547
  8. Kiely EM, Ade-Ajaye A, Wheeler RA. Caecal flap conduit for anterograde continence enemas. Br J Surg 1994; 81: 1215.
  9. Marsh PJ, Kiff ES. Ileocaecostomy: an alternative surgical procedure for anterograde colonic enema. Br J Surg 1996; 83: 507-508.
  10. Chirstensen P., Buntzen S., Krogh K., Laurberg S. Ileal neoappendicostomy for anterograde colonic irrigation. Br J Surg 2001 ; 88, 1637-1638