Cholécystectomie après Pancréatite aiguë

Les pancréatites aiguës (PA) biliaires sont bénignes dans 80% des cas. Le principal risque est la récidive d’une
migration lithiasique, évaluée à 30% dans les 6 premiers mois. La décision de traiter la lithiase biliaire doit être un
compromis entre le risque de récidive et la difficulté d’intervenir à un moment où les lésions inflammatoires hépatiques
peuvent gêner le geste chirurgical et augmenter la morbidité ou la mortalité.

Les questions à se poser sont les suivantes :
– Faut-il faire la cholécystectomie ?
– Quand faut-il la faire ?
– Quelles en sont les modalités optimales ?
– Comment la rechercher la lithiase voie biliaire principale (vbp) associée ?
– Faut-il la traiter par voie endoscopique ou chirurgicale ?
– A quel moment ?
Le but de ce travail était de répondre à ces questions à partir des données de la littérature récente.

Les conclusions sont les suivantes :
– La sphinctérotomie endoscopique est indiquée en urgence en cas d’ictère obstructif et/ou d’angiocholite
– La cholécystectomie fait disparaître le risque de récidive d’accident biliaire. Chez les malades à très haut
risque opératoire on peut se contenter d’une sphinctérotomie endoscopique exclusive
– La cholécystectomie doit être réalisée 7 à 10 jours après la pancréatite si celle ci est peu sévère
– La lithiase de la voie biliaire principale doit être systématiquement recherchée par les examens biologiques et
l’imagerie (cholangio-IRM)
– La lithiase de la voie biliaire principale peut être traitée par voie chirurgicale (coelioscopie) ou endoscopique
selon l’expertise ou les possibilités locales