Résection R1 d’un cancer du rectum

 

T2_44

Après excision complète du mésorectum, l’analyse histologique peut montrer une marge distale envahie (MD), une marge circonférentielle par rapport à la tumeur (MCR-T) ou par rapport à un ganglion envahi (MCR-G) inférieure ou égale à 1 mm. De telles observation, font alors classé une résection espérée R0 en fin d’intervention en R1 et amène de nouvelles interrogations en cours de réunion de concertation pluridisciplinaire.

 

Le but de notre étude est d’analyser l’impact du caractère R1 d’une résection rectal sur le pronostic des patients, les taux de récidive et les indications de traitements adjuvants.

 

Toutes les résections R1 observées entre 2006 et 2011 ont été rétrospectivement collectées à partir de la base de données d’anatomopathologie. Les patients ayant eu une résection R1 ont été appariés à des patients ayant eu une résection R0 sur l’âge, le IMC, le sexe, la réalisation d’une radiothérapie préopératoire, le type de résection, les stades ypT/pt et ganglionnaire.

 

Parmi les 472 résections pour cancer du rectum realises, 40 (8,5%) étaient R1 (MCR-T=34; MCR-G=11; MD envahies=4). Huit patients (20%) avaient plus d’une marge envahie. Parmi les 4 patients avec une MD envahie, 3 ont eu une amputation de sauvetage et parmi les 12 qui n’avaient pas reçu de traitement néo-adjuvant, 5 ont eu de la radiothérapie post-opératoire. Tous ces patients ont été appariés avec 80 patients ayant eu une résection R0.

 

Après un suivi médian de 49.3±29.3 mois des 120 patients, la survie globale à 5 ans (SG) et la survie sans récidive (SSR) étaient de 72% et 56%. La comparaison entre les patients ayant eu une résection R0 et R1 montrait : une tendance pour une moins bonne SG après résection R1: 62% vs. 78% (p=0,0931), et une SSR significativement moins bonne après résection R1: 41% vs. 65% (p=0,0309). Le taux de récidive locale était similaire après résection R0 et R1: 12% vs. 13% (p=0,7925) alors que le taux de récidive discale était significativement plus important après résection R1: 56% vs. 26% (p=0,0048). Parmi les 37 patients ayant fait une métastase distale, 19 (51%) avaient des métastases pulmonaires et and 5 (14%) des métastases hépatiques. Une MCR atteinte était associée à un risque de métastase systémique (p=0,0010) mais pas un risque de récidive locale (p=0,7843).

 

Comme attendu, les résections R1 sont associées à un pronostic plus mauvais. Toutefois, le taux de récidive locale n’est pas différent de celui observé après résection R0. La différence, en termes de récidive, était observée pour les récidives distales, tout particulièrement pulmonaires, insistant à une chimiothérapie adjuvante plutôt qu’à un traitement local complémentaire.