Complications des anastomoses coloanales

 

 

Introduction
La proctectomie après exérèse totale du mésorectum suivie d’anastomose colo-anale est considérée comme le “gold standard” du traitement chirurgical des cancers du moyen et du bas rectum. Elle est associée à une morbidité significative. L’identification des facteurs de risque permettrait aux chirurgiens de mieux évaluer les complications en préopératoire. Le but de cette étude était d’analyser la morbi-mortalité en utilisant la classification de Clavien à partir de l’analyse rétrospective d’une série de 483 anastomoses colo-anales.

Patients et méthodes:
Les dossiers de 483 anastomoses colo-anales consécutives réalisées à l’Hôpital Saint-Antoine entre 1996 et 2005 ont été revus. Les complications survenant 3 mois après l’anastomose colo-anale et 3 mois après la fermeture de stomie étaient analysées selon la classification de Clavien. Les facteurs de risque analysés en univariée et multivariée étaient : le sexe, l’âge, l’IMC, le score ASA, le tabagisme, l’existence d’un traitement néoadjuvant, les transfusions sanguines, les antécédents médicochirurgicaux, les traitements en cours, les caractéristiques anatomiques et histologiques de la tumeur et la technique chirurgicale.

Résultats:
Patients:
Tableau 1 : caractéristiques des 483 patients

 

 

 

 

 

 

 

Complications:
Le taux de morbidité globale était de 33.7% (164/483 patients). Les complications sont résumées dans le tableau suivant.

Tableau 2 : Complications postopératoire après anastomose colo-anale (classification de Clavien)

Le taux de mortalité était de 0.4% (2/483 patients : infarctus du myocarde, pancréatite postopératoire).
Le taux de fuites anastomotiques était de 7.6% (37/483 patients). Quarante pcent (15/37 patients) des fuites étaient traitées
médicalement (lavage du réservoir, drainage percutané, antibiothérapie). Soixante pcent (22/37 patients) nécessitaient une
réintervention chirurgicale (reprise transanale, anastomose colo-anale itérative). Vingt-deux pcent (8/37) des fistules
anastomotiques étaient asymptomatiques et diagnostiquées au toucher rectal ou après l’opacification de l’anastomose. Dans 8 %
(3/37) il s’agissait de fistules du grêle après fermeture de l’iléostomie. En analyse multivariée la nécessité de transfusion était un
facteur de risque de fuite anastomotique (p = 0.0216).
Fermeture de stomie: l’iléostomie était refermée 88.7 jours en moyenne (36 – 630) après l’anastomose colo-anale. La stomie n’était pas refermée chez 4 patients qui avaient tous une fistule anastomotique. Le risque d’une stomie permanente après anastomose colo-anale était de 0.87% et de 10.8% en cas de fuite anastomotique.
Tableau 3 – Analyse multivariée: facteurs de risque significatifs de complications

 

 

 

 

 

 

 

Conclusion
La mortalité était de 0.4% dans les 3 mois suivant l’anastomose colo-anale et les 3 mois suivant la fermeture de l’iléostomie. La
morbidité était de 34% durant la même période. Le taux de fistules anastomotiques étaient de7.6%. Les facteurs prédictifs
indépendants de morbidité chirurgicale de haut grade (grade III et IV selon Clavien) étaient le caractère circonférentiel de la tumeur
et l’existence d’un traitement anticoagulant en préopératoire. Cette étude montre qu’il est possible d’adapter la classification de
Clavien aux complications des anastomoses colo-anales. Elle pourrait être un outil d’évaluation de cette technique chirurgicale.